Sous-traiter ses services : est-ce vraiment une solution ?

La plupart des entreprises passent actuellement à la délégation de tâches ou pensent sous-traiter ses services auprès de prestataires externes. Ce système leur permet de se concentrer sur leur véritable coeur de métier. D’autres ne disposent pas tout simplement du savoir-faire nécessaire en interne pour la mission. La sous-traitance leur permet ainsi de garantir la réussite et la faisabilité de la tâche déléguée.

Actuellement, il existe plusieurs prestataires de services spécialisés dans plusieurs domaines.

L’externalisation et la sous-traitance : deux notions bien différentes

La notion de sous-traitance est parfois confondue avec la notion de l’externalisation. Pourtant, il existe une grande différence entre les deux.

La sous-traitance est :

  • un contrat par lequel un donneur d’ordre confie à une entreprise l’exécution d’une partie de sa production
  • régie par un cahier de charges bien précis, soumis par le donneur d’ordre et doit être suivie à la lettre par le prestataire
  • un contrat ponctuel et temporaire
  • un contrat qui ne concerne qu’une mission précise

Par contre, l’externalisation ou le outsourcing est un contrat qui s’étend sur le long terme. Elle concerne une branche ou un domaine de l’entreprise. Vous pouvez par exemple externaliser la gestion de la relation client, votre service comptable, votre secrétariat ou votre support informatique.

Les types de sous-traitance

Il existe deux types de sous-traitance.

La sous-traitance de capacité :

La sous-traitance est qualifiée de capacité ou conjoncturelle lorsque l’entreprise fait appel à un prestataire avec des compétences spécifiques. C’est-à-dire que l’entreprise n’a pas les ressources nécessaires pour l’exécution de la mission.

La sous-traitance de spécialité :

Elle est qualifiée de spécialité lorsque le donneur d’ordre a recours à une prestataire pour l’exécution d’une tâche nécessitant des matériels et des outils spéciaux. L’entreprise ne dispose pas des moyens nécessaires pour assurer la mission.

Les avantages et les inconvénients de la sous-traitance

Comme l’externalisation, la sous-traitance a ses avantages et ses inconvénients.

En ayant recours à ce système, l’entreprise pourra :

  • concentrer ses ressources sur les tâches stratégique et productives
  • générer une réduction des coûts
  • avoir une maîtrise des délais et de la qualité de fabrication
  • éviter des investissements supplémentaires en ressources ou en équipements
  • être réactive par rapport à la demande du marché
  • accroître le volume de production
  • être plus flexible face aux changements et aux pointes d’activités
  • réduire les risques de non-performance

Il existe plusieurs risques liés à ce système.

Risque de dépendance : le donneur d’ordre peut développer une dépendance envers le sous-traitant. Il est parfois obligé de livrer des informations confidentielles liées à la tâche déléguée.

Perte de savoir-faire : les compétences et la productivité du donneur d’ordre dépendent du prestataire.

Perte de contrôle de qualité : les risques liés à la qualité d’exécution de la tâche ne sont pas maîtrisés.

Les points de vigilances à respecter

Pour garantir la qualité de services dans la délégation de tâches, vous devez :

  • analyser vos besoins réels
  • déterminer les tâches à déléguer
  • choisir les sous-traitants selon les besoins réels de votre entreprise (prestataire offshore, freelance, etc.)
  • bien définir les rapports et les rôles de chacun dans votre contrat de sous-traitance

Les inconvénients engendrés par la sous-traitance sont surtout liés à des problèmes de suivi. Aussi, pour assurer la réussite d’un contrat de sous-traitance, les deux parties concernées doivent mettre en place une coordination concrète.

Il est parfois important d’avoir une notion sur les réglementations en termes de relation de sous-traitance. Cela vous permettra de suivre les obligations et les responsabilités des deux parties dans le cadre du contrat de sous-traitance.